-A +A

Professionnels sans frontières

L'Idex n'a pas seulement permis de financer des projets de recherche et de formation, il a permis aux administrations des établissements de bénéficier d'un programme de mobilité à l'international. Eleonora Zuolo, de la DARI, a bénéficié de ce programme et nous raconte son séjour dans les prestigieuses universités britanniques.

Lancé en octobre 2015, l’appel à projets Mobilité internationale BIATS est destiné à favoriser les échanges de pratiques avec les personnels administratifs et techniques d’universités étrangères. Responsable du Pôle stratégie et montage de projets à la Direction d’Appui à la Recherche et l’Innovation (DARI) de Paris Diderot, Eleonora Zuolo est l’une des lauréates de cet appel à projets. C’est au sein du Réseau recherche Europe d’USPC, qui fédère les ingénieurs projets de 7 établissements, que le dossier de candidature a été préparé. « C’est un projet collectif. Nous avons travaillé ensemble pour choisir les pays et les universités dans lesquels nous souhaitions aller. Nous nous sommes ensuite répartis entre Royaume-Uni, Italie et Pays-Bas. Je suis, pour ma part, partie pendant 5 jours au Royaume-Uni. J’ai passé une journée seule à l’université de Sheffield, puis 2 jours à l’UCL de Londres et 2 autres à Cambridge avec une collègue de l’Inalco. »


Echanges de pratiques, rencontres avec des homologues, promotion des établissements et de leurs activités, explication sur le fonctionnement de la recherche en France… A Sheffield, Eleonora Zuolo a bénéficié d’une heure d’échange avec l’ensemble des représentants des services centraux spécialement réunis à l’occasion de sa venue. « Nous avons obtenu beaucoup d’informations, et constaté de grandes différences organisationnelles entre la France et l’Angleterre sur l’administration de la recherche. A titre d’exemple, il n’y pas d’équivalent de nos UMR, un laboratoire est rattaché à une seule université ».


La recherche de moyens de financements extérieurs est également beaucoup plus développée. « C’était vraiment une expérience très riche dont on peut s’inspirer en terme de pratiques. C’est indispensable aujourd’hui d’avoir cette démarche d'aller voir nos homologes des universités étrangères. Ce n’est pas un luxe; rester isolé dans un monde ouvert est évidemment contreproductif. »

Pour seule exigence, USPC, qui a financé l’intégralité de la mission, demande à chaque lauréat de rédiger un rapport d’une page mais les membres du Réseau recherche Europe ont d’ores et déjà prévu de mettre en commun leurs retours d’expérience afin d’en faire bénéficier l’ensemble de la Communauté USPC.
 

En savoir plus sur le Réseau Recherche Europe


Les autres lauréats de l'appel à projets Mobilité internationale

Magali Moysan (archives) et Nathalie Reymonet (Direction d'Appui à la Recherche), projet commun avec Paris Descartes et une équipe UFR médecine

Voir tous les lauréats USPC